24 décembre 1959 : une messe de Noël fondatrice.

JMV (2012), La croix de bois de Nowa Huta devant l’église du quartier de Bienczyce édifiée à partir de 1967, Wikipédia : Creative Commons.

Réveillon de Noël 1959 : Karol Wojtyla, tout jeune évêque auxiliaire, célèbre une messe clandestine dans le quartier de Nowa Huta à Cracovie. Les autorités communistes ont décidé d’y édifier une cité modèle. Cette dernière doit être débarrassée de l’ « opium du peuple » qu’est le catholicisme. Mais le prélat de 39 ans ne l’entend pas de cette oreille. Relayant une demande ancienne de la population locale, il célèbre une cérémonie sur le site d’une simple croix de bois où, de guerre lasse, le Parti communiste polonais consentira en 1967 à la construction d’une église. Elle sera inaugurée en grande pompe et non sans fierté, deux ans plus tard, alors qu’il sera devenu cardinal. On trouve en réalité dans cet événement initial bien des éléments de la méthode de Jean Paul II : l’utilisation des émotions populaires, les mises en scène édifiantes et, avouons-le, un certain sens du spectacle.

Mais à quelles fins ? la défense des droits de l’homme ? ou plutôt une certaine idée de la puissance de l’Eglise ? Les deux mêlées peut-être, au prix des ambiguïtés et des malentendus avec l’opinion publique parfois. Revenu à proximité de ce quartier en 1979, lors de son premier voyage pastoral en Pologne en tant que pape, il dédie à la croix de Nowa Huta pas moins que la « nouvelle évangélisation » de l’Europe : un projet pastoral inouï, non prévu par Vatican II ni aucun synode ultérieure. Ce dernier mêle nostalgie d’une chrétienté médiévale, composée de nations catholiques organisées sous la crosse du pape, et les rassemblements propres à l’âge des masses. Les yeux rivés sur le Jubilé de l’an 2000, le pape entraîne l’Église dans son projet de reconquête.

Pour en savoir plus sur Jean Paul II et découvrir des aspects moins connus d’un saint que certains ont souhaité voir canonisé en urgence au prix d’une série de difficultés dans l’Eglise catholique aujourd’hui :

Christine PEDOTTI et Anthony FAVIER, Jean Paul II, l’ombre du saint, Paris, Albin Michel, 330 pages.

Disponible en magasin : la Librairie, la Procure, la FNAC, Cultura, Amazon et dans toutes les bonnes librairies ! Et pour les « fans », le site Témoignage chrétien propose des exemplaires dédicacés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s